Si les feuilles meurent...

des nouvelles, poèmes, romans, mots, point, espaces et virgules et tout le tralala...

26 septembre 2008

- TES DÉMONS -


Les connais tu,

ces êtres multiformes

qui s’agitent et qui hurlent,

qui complotent et ricanent,

qui se payent ta tête et te grignotent

doucement,

sans même que tu ne t’en aperçoive,

là,

tapis douillettement au fond de ton ventre ?

 

Les sens tu, au moins ?

Les entends tu ?

Écoute bien.

Écoute les !

 

Ils te racontent en une litanie obsédante

tes échecs et tes peurs,

et la mort qui rode,

et la paresse molle que tu t’acharne à entretenir,

les traumatismes et les mensonges que tu t’inventes,

et ces jours sans fin qui te tirent inexorablement,

au fin fond des abysses.

 

Il fait noir, là en bas ;

c’est humide et poisseux,

et,

tu voudrais remonter.

 

Mais le veux-tu seulement ?

Essaies tu ?

Tu mendies une bouffée d’air,

une caresse,

un avenir,

sans y croire,

et ce faisant,

tu les agrippes un peu plus,

ces êtres multiformes,

tu leur confies ton cœur étranglé,

et tes yeux devenus opaques.

 

Ils t’entraînent tout au fond, là bas,

et tu leur donnes la main,

en faisant mine de fuir.

Tu te mens si bien.

Tu trembles comme une feuille,

et finis par les prendre à bras le corps,

rassurants qu’ils sont,

remplis d’un désespoir puissant,

tu leur offres tout.

Parce qu’alors, au moins, tu vis.

Tu sens.

 

Mais vas-y,

fais comme il te plaira,

continue donc à enfoncer le canon usé

d’un fusil sans nom,

bien au fond dans ta gorge,

sans y penser,

sans le vouloir,

les joues mouillées,

en ne pensant qu’à ça.

 

Tu crois que c’est fini,

que ça ne sert à rien,

qu’ici bas rien n’existe et

que tout s’embrase sans toi

et sombre dans l’oubli.

 

Tu devrais peut être les écouter un peu mieux,

essayer de comprendre leurs jeux funestes,

plutôt que d’y jouer.

Tu devrais prendre le temps de souffler un peu,

d’oublier, de digérer,

de les reconnaître pour ce qu’ils sont.

Parce que ce ne sont pas des démons,

et tu ne subis pas quelque maléfice éternel.

Tu les as créé,

tu les entretiens,

ils sont en toi,

tu les y as installé.

Bon gré mal gré.

Ni magie,

Ni destinée.

Il n’y a qu’eux et toi,

et ce que tu crois,

et ce que tu veux.

 

Alors, fais quelque chose,

Ne les laisse pas te digérer,

ne te laisse pas faire.

Observe,

écoute et sens.

Éloigne toi,

sors donc un peu de ton corps,

et de là-haut,

regarde cette foule de monstres

qui te fixent avec une haine brûlante,

et te renvoient ta propre haine

celle que tu te voues,

sans le savoir,

éperdument.

 

Tu devrais essayer pour voir,

de les piétiner, de les tordre,

de les goûter et les mordre,

de les regarder bien en face,

de les voir pour ce qu’ils sont.

 

Ces êtres sournois et multiformes

que tu fuis, et qui t’acculent,

qui te créent et te détruisent,

avec lesquels tu te confonds

dans une eau trouble

et empoisonnée,

avec un délice morbide

et une joie déprimante.

 

Tu devrais t’arrêter quelques temps

et les identifier un à un,

tu devrais les saluer,

les écouter et les comprendre.

 

Et puis t’en débarrasser ;

sur une estrade lumineuse,

il serait temps que tu les pendes.

 

 

 

 

 

Posté par Clement M à 15:00 - - TEXTES POUR RIEN - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire